Les effets persistants de la crise financière de 2008

Oui, nous n’avons pas fini d’entendre parler des conséquences de la crise financière de 2008 qui s’est prolongée en une crise économique, puis en une crise sociale (augmentation des inégalités), enfin dans une crise politique (montée des populismes), et s’est étendue au monde entier. On en parle d’ailleurs beaucoup, car une crise de ce type peut se reproduire puisque dix ans après, d’après une source suisse, les banques continuent à prendre des risques insensés (1), même si l’encadrement est devenu plus strict.

Un élément me semble important aussi, les effets sur les pays émergents qui pourtant contribuent à la croissance mondiale. Un exemple : chaque fois que les Banques centrales montent – même  légèrement – leurs taux d’intérêt, la dette des pays émergents (Turquie, Argentine, Afrique du Sud, Indonésie, etc.) devient de plus en plus insupportable, les capitaux sortent, les investisseurs les désertent, leurs économies souffrent. Vous me direz que c’est la même chose pour tous les pays, mais vous admettrez avec moi que les effets sont beaucoup plus violents pour les pays émergents.

Je crois en une vraie régulation mondiale des échanges commerciaux, monétaires et financiers.

Pour quand, comment ?

 

(1) https://www.swissinfo.ch/fre/economie/point-de-vue_dix-ans-après-la-crise–les-banques-prennent-toujours-des-risques-insensés/44399432?utm_campaign=swi-nl&utm_medium=email&utm_source=newsletter&utm_content=o,

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*