Comment l’Europe en est-elle arrivée là ? Comment l’Europe a-t-elle dénaturé son propre projet ?

Pour plusieurs raisons simples, c’est une co-responsabilité mondiale et européenne, l’UE peut agir plus que le monde, no cierto ?

L’Europe a cautionné ou mis en place :

1) Une concurrence mondiale effrénée : le libre échange mené à l’échelle mondiale a ouvert l’Europe à tous les vents du monde. Certes l’histoire et les chiffres économiques prouvent que le libre échange génère de la croissance.

Mais l’expérience montre aussi qu’un libre échange à l’échelle du monde entier, qui met en concurrence des travailleurs hétérogènes, les fragilise, les précarise, leur procure un sentiment d’injustice. Les incite à se tourner vers les politiques qui auront l’air de vouloir leur procurer un sentiment de sécurité.

 

2) Une concurrence intra-européenne effrénée : l’Europe a mis en concurrence interne les travailleurs européens : ils vont (presque) librement d’un pays à l’autre à la recherche de la meilleure rémunération, sans suffisamment de  garde-fous sociaux et fiscaux. Avec une politique sociale qui existe certes mais progresse lentement ; une politique fiscale au point mort, bloquée par l’unanimité à laquelle les Etats-membres n’ont jamais voulu renoncer. Au niveau européen, se retrouve le sentiment d’injustice, source d’un désir de sécurité, de protection et d’ « homme fort » qui ébrèche l’esprit démocratique et inspire les populismes.

 

3) La politique européenne de la concurrence développée sans sa grande soeur la politique industrielle européenne : elle a empêché la constitution de grands groupes européens. Les grandes entreprises nationales (françaises, allemandes, etc.) sont parties se développer dans le monde entier, livrées à elles-mêmes pour affronter la concurrence mondiale, s’affronter entre elles. Sans une protection de l’UE. Sans être encouragées à d’abord utiliser le tremplin européen pour grossir et se regrouper entre elles, afin d’être en meilleure posture pour ensuite affronter la concurrence du monde entier.

 

4) Contrainte par le contrôle des déficits publics nationaux, l’Europe ne favorise pas la mise en œuvre par les Etats de politiques budgétaires contracycliques, qui seraient pourtant bien utiles et intelligentes : réduire les déficits publics dans les périodes de croissance économique ; lâcher du lest en situation de moindre croissance. Il a fallu attendre que la Banque centrale européenne en la personne de Mario Draghi décide de mener au plan monétaire des politiques contracycliques, puisqu’elles ne sont pas menées au plan budgétaire comme elles le devraient. En période de faible croissance, mettre plus de liquidités sur le marché pour la relancer. Et inversement.

 

Nous sommes toujours au début de la contradiction fondamentale de l’UE : avoir créé une union monétaire sans l’avoir accompagnée d’une union budgétaire et économique.

Ou tout du moins de forts rapprochements. Ils existent sur le papier, les Etats ne les pratiquent pas, chacun continue à faire ce qu’il veut dans son coin. Les divergences économiques et budgétaires entre Etats-membres européens s’accroissent.

 

On est « dans la mouïse » !!!

Les solutions sont pourtant là, évidentes.

Dans les mains des Etats-Membres des pays de l’UE.

2 Comments

  1. Bonsoir Laurence,
    merci de tes posts… par contre, je ne vois pas les solutions « évidentes » dans les mains si divergentes des Etats de l' »Union » pas si unie que ça… Ce sera sans doute l’objet de ton prochain texte… sans yaka ?

    • Bonjour François, je regarde seulement maintenant les commentaires et n’y réponds que bien tard.
      J’ai écrit récemment des textes assez pessimistes car comme tu le dis, je ne vois pas de « solutions évidentes dans les mains si divergentes des Etats de l’Union pas si unie que ça ».
      Par exemple, pour mettre un frein au dumping fiscal ENTRE les Etats de l’UE, il faudrait dépasser la règle de l’unanimité instaurée par les Etats membres (EM) et inscrite dans les Traités ; pour cela, modifier les Traités; or si modification il y avait, le « nouveau » traité de l’UE devrait ratifié par TOUS les EM et par le Parlement européen. Dans les circonstances actuelles comment aboutir à tant de ratifications?
      En ce qui concerne la convergence sociale, le manque de volonté politique est patent. Je suis légèrement plus optimiste sur ce plan.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*