Veto de la Commission européenne à la fusion Alstom-Siemens!!

Margrethe Vestager

Margrethe Vestager

Le rejet a été annoncé hier. Un coup dur porté à l’Europe avant les élections européennes

Plusieurs logiques s’affrontent :

  • Entre l’Union européenne et le Monde car le marché retenu par la Commission européenne est celui de l’Union européenne, or c’est au niveau mondial que cela se passe, l’enjeu est de créer des groupes européens capables d’affronter la concurrence mondiale plutôt que de laisser les groupes chinois s’installer en Europe. En l’espèce, cette décision de la Commission ouvre le marché européen du ferroviaire à la Chine sans réciprocité puisque le marché chinois, lui, est fermé
  • Entre politique de concurrence et politique industrielle, l’Union européenne privilégie les consommateurs (et les concurrents) au détriment des producteurs (européens)
  • Entre juridisme et économie, les règles de concurrence appliquées en Europe sont anciennes et ne tiennent pas compte de l’ouverture tout azimut de l’économie mondialisée
  • Entre grands pays et petits pays de l’UE, les petits pays européens qui n’ont pas de grand groupe industriel à faire valoir sont en faveur de cette décision car elle les préserve d’une potentielle concurrence intra-européenne.

La Commission européenne a beau dire qu’elle a autorisé de nombreuses fusions intra européennes toutes ces dernières années, il n’empêche que cette interdiction sonne comme une grave erreur politique et économique. 

Le ministre allemand de l’Économie, Peter Altmaier, a réagi sur Twitter :   « Le rejet de l’UE de la fusions Siemens/Alstom démontre le besoin urgent d’une stratégie européenne pour l’industrie. » 

1+

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*