Le couple franco-allemand existe-t-il encore ?

La lettre d’Emmanuel Macron aux Européens a reçu un accueil mitigé en Europe, particulièrement en Allemagne

Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommée AKK

La première réponse[1], la plus virulente, a été celle d’AKK[2], nouvelle présidente de la CDU[3], qui a succédé à Angela Merkel. Les Français ont été heurtés par la riposte d’AKK qu’ils ont interprétée comme un rejet global et une mauvaise approche concernant par exemple les propositions d’E. Macron en matière sociale, ils ne comprennent pas les hésitations allemandes en la matière. Ils ont retenu les divergences relatives par exemple à la demande allemande d’un siège au Conseil de sécurité de l’ONU. Sur ce dernier sujet, les Allemands ne comprennent pas les hésitations françaises.

Or, c’est passer sous silence quelques points d’accord, par exemple la création d’un Conseil de sécurité européen associant le Royaume-Uni ; c’est surtout négliger des possibilités de positions communes sur la Chine, une politique industrielle européenne, le climat ou la taxation numérique.

De plus, l’avis de AKK n’est pas représentatif de l’ensemble des réactions allemandes. 

Plusieurs autres voix se sont fait entendre en Allemagne. Les verts et le SPD ont dénoncé le manque d’ambition européenne d’AKK. 

D’autres réactions allemandes

Le ministre allemand  de l’économie SPD[4]a fourni une réponse favorable et détaillée, mais a indiqué : « on ne peut pas dépenser l’argent qu’on n’a pas ». Ce genre d’affirmation récurrente en Allemagne, fait bondir les Français. L’Allemagne, constatent-ils, verse « son argent » dans la réduction systématique de ses déficits publics (à tel point que budget allemand est aujourd’hui en excédent!) plutôt qu’en investissements publics.

Oui mais, répondent les allemands sur ce sujet hyper sensible pour eux, aujourd’hui notre pays est dans une situation économique délicate, il frôle la récession…

Le couple franco-allemand à l’arrêt ?

La réponse qui m’intéresse le plus est celle de l’ancien ministre des affaires étrangères Sigmar Gabriel. Il rappelle les bouleversements qu’a connu le monde ces derniers temps, la situation du monde n’est plus la même, aujourd’hui la souveraineté tant française qu’allemande dépend de l’Europe et non le contraire. Il reconnaît que, toutes ces dernières années, l’Allemagne n’a pas vraiment apporté de soutien ni pris d’initiatives dans le cadre du couple franco-allemand. Celui-ci est maintenant à l’arrêt, dit-il.

« Il n’y a plus de couple franco-allemand » renchérissait une journaliste dans l’émission Esprit public de dimanche dernier le 17 mars. Dire qu’il n’y a plus de couple franco-allemand est exagéré.

Mais,

il manque un souffle franco-allemand 


[1]Disponible en six langues sur le site de la CDU

[2]Annegret Kramp-Karrenbauer, surnommée AKK en Allemagne 

[3]L’union chrétienne démocrate, parti de centre droit

[4]Le parti social-démocrate allemand, plus pragmatique, et si je peux me permettre, moins dogmatique que notre actuel parti socialiste français

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*