Moissons d’été (4) Tomi Ungerer

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_8636-768x1024.jpeg.
Tomi Ungerer « Cultive tes racines et plante-les dans les étoiles »
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_8661-1024x768.jpeg.
Tomi Ungerer Où va l’Europe ?


À Strasbourg, dans le musée Tomi Ungerer en plein centre-ville, se produit au premier étage l’exposition « Tomi Ungerer l’Européen ». Né à Strasbourg, mort tout récemment en Irlande, il se définissait comme un Européen convaincu. Il était très attaché aux valeurs affichées par l’Europe et dans lesquelles il se retrouvait :  tolérance, humanisme, justice, son désir de paix, et les exprimait dans des peintures poétiques. Ce qui ne l’a pas empêché d’utiliser son talent de dessinateur satirique pour critiquer parfois férocement les faiblesses de cette Europe.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est IMG_8653-1024x768.jpeg.
« L’union fait la force »

Quelques mots sur ce personnage singulier et fort original qu’était Tomi Ungerer. Le moins que l’on puisse dire est qu’il a eu une vie aventureuse et bien remplie. Né à Strasbourg dans une famille bourgeoise et protestante, il n’aura de cesse de braver les bonnes pensées et les conventions de son milieu.

Il est le frère de trois enfants nés avant lui. À quatre ans, il perd son père fabricant d’horloges astronomiques, artiste et historien. À Colmar lors de l’hiver 1944-45, lui et sa famille vivent et voient la « poche de Colmar », les horreurs des dernières résistances des allemands face aux français et aux américains. Depuis 1940 l’Alsace était allemande, et lorsqu’elle redevient française en 1945 et que la langue française est rétablie, le petit Tomi n’a plus le droit de parler l’alsacien. Ces années « absurdes et tragiques » de la guerre et de l’occupation vécues dès l’âge de huit ans marqueront profondément sa vision et son œuvre ; il sera éminemment concerné par les grands problèmes mondiaux, éprouvera une aversion viscérale et constante envers toute forme de violence, tout préjugé, injustice ou fanatisme.

Il obtient en 1955 un certificat d’aptitude professionnelle de « dessinateur d’art section publicité » délivré par l’École municipale des arts décoratifs de Strasbourg. Puis il fait plusieurs voyages en auto-stop à travers l’Europe. 

Adulte, il élit domicile à New York de 1956 et 1969, puis vit avec sa troisième femme dans une ferme au Canada dans une presqu’île de la Nouvelle-Écosse de 1971 à 1975. Enfin, il réside plus de quarante ans en Irlande jusqu’à sa mort en 2019. Il a trois enfants, une fille et deux garçons. Toute sa vie, il est revenu régulièrement en Alsace.

Sa production artistique est abondante et foisonnante. Elle va de ses livres pour enfants[1]à ses dessins et peintures satiriques ainsi qu’à ses œuvres graphiques et croquis, sculptures et collages, jouets[2]en passant par ses affiches politiques virulentes et comiques contre le racisme, la guerre du Vietnam[3]ou le nucléaire, pour l’égalité des droits ; une mention particulière pour ses œuvres érotiques, présentées dans un « cabinet » à part où n’étaient pas admis les enfants, lors de grandes expositions qui ont été consacrées à Tomi Ungerer. Le tout est un mix inédit de poésie, de démesure, d’humour, d’esprit subversif et de noirceur. « Expect the unexpected » était sa devise.

Plus méconnues sont ses œuvres concernant l’Europe à laquelle il s’est intéressé très tôt, surtout à la relation franco-allemande dont la qualité lui semblait une condition sine qua non d’une réussite du projet européen. Grâce à cette exposition[4], ce manque est désormais comblé.

« Endlich Europäer, enfin européens »
All are born EQUAL



[1]J’ai adoré « Les trois brigands » que j’ai abondamment raconté à mes enfants puis à mes petits-enfants.

[2]Tomi a fait deux donations importantes de sa collection d’œuvres et de jouets au Musées de Strasbourg, en particulier au merveilleux petit Musée alsacien du jouet situé à Colmar dans une ravissante maison ancienne tout en bois, aux escaliers qui grincent …

[3]Invité en Chine, il ne pourra pas s’y rendre car il sera arrêté à l’aéroport.

[4]Au musée Tomi Ungerer (ouvert en 2007), l’exposition « Ungerer l’Européen » se poursuit 2 Avenue de la Marseillaise, 67000 Strasbourg jusqu’au 3 novembre 2019. Fermeture à 18h.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*