Pourquoi faudrait-il -dans le contexte mondialisé actuel- interdire le mariage d’Alstom et de Siemens ?

La Commission européenne – via la DG Concurrence et sa commissaire Margrethe Vestager – serait prête à rejeter le mariage entre le français Alstom et l’allemand Siemens.

Encore une belle illustration de la prégnance d’une politique de concurrence intra-européenne et de l’inexistence d’une politique industrielle européenne!

Il s’agirait de créer un grand groupe franco-allemand du ferroviaire qui serait capable de rivaliser avec le groupe public chinois CRRC (deux fois plus gros qu’Alstom-Siemens) et le canadien Bombardier.

La politique européenne de concurrence – qui, rappelons-le, tient lieu de politique industrielle en Europe – ressort depuis des décennies toujours et encore les mêmes arguments : priorité aux impacts de toute fusion importante sur la concurrence entre pays européens, risque-t-il en l’espèce d’y avoir « abus de position dominante » dans le secteur des TGV à l’intérieur de l’UE ? Peut-être.

Mais comment faire abstraction du contexte mondialisé dans lequel opèrent ces groupes ?

Comment ne pas prendre en compte l’extrême concurrence que représentent pour nous les grands groupes extérieurs à l’UE et les potentielles suppressions massives d’emplois européens à la clé ?

La méfiance à l’égard des « champions européens » est-elle encore tenable face aux géants chinois et d’autres géants mondiaux ?

La priorité n’est-elle pas de constituer de grands groupes européens capables d’atteindre la taille critique et de rester dans la course technologique pour affronter la concurrence mondialisée, et de lancer de grands projets de coopération européens, d’autres « Airbus » y compris à de plus petites échelles ?

Et je ne parle même pas de raffermir la construction européenne, de consolider le sentiment d’appartenir à un ensemble européen qui préserve les intérêts, les emplois et les technologies des Européens …

Il me semble que pour l’UE, c’est une question de survie économique, i.e. de survie tout court.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*