Les « Omas » d’Autriche et d’Allemagne

Voici un article de Katherine Marang, française d’origine allemande. Elle vit dans les deux cultures. Sa spécialité : créer des passerelles entre la France et l’Allemagne. Elle se définit comme « Brückenbauer¨.

Wien, Osterreich, 17 März 2018

« Nous sommes vieilles mais pas muettes ! »

De loin, on aperçoit d’abord leurs bonnets bariolés, les Pussyhats : ce sont les grand-mères de Vienne qui manifestent.  
En  décembre 2017 elles ont fondé l’association qui s’appelle ‘Omas gegen Rechts’ : les grand-mères contre la droite.  

Lorsque Sebastian Kurz est devenu Chancelier de l’Autriche et a formé un gouvernement avec la participation du parti d’extrême droite, le FPÖ, ‘les grand- mères’ ont pris peur que la démocratie soit malmenée .

Et elles ont décidé de se battre  pour la liberté de la presse, contre toute forme d’antisémitisme, de fascisme, de racisme, contre les propos haineux à l’égard des refugiés, La fondatrice de l’association, Monika Selzer explique que même si le chancelier a ‘une bonne tête’, s’opposer à son agenda et à son programme est un devoir civique. Leur constat : en Europe et en Autriche il y a de plus en plus de partis d’extrême droite qu’il faut combattre, pour les générations futures. Elles ne font pas que manifester ; des réunions d’informations, de formations, de débats dans les écoles sont organisés à travers tout le pays.

« Toutes, nous avons pensé que le temps de ces mouvements de droite était fini à tout jamais, mais nous voyons que le ‘plus jamais ça’ est devenue une formule creuse ». 

En novembre 2018 les Omas se sont invitées a la VIENNA ART WEEK : elle s’expriment fermement, sans retenue pendant les différentes manifestations artistiques. Elles appellent ces actions : ‘la résistance au Paradis’ : débats  et informations aux cafés,  workshop avec les jeunes, Omas five o’clock, des protestations en musique et chansons : les Omas sont omniprésentes.  

Depuis la création de l’association, il y a y 3 500 personnes inscrites sur les plateformes et 2 000 membres sont attendus à la prochaine Assemblée générale .

Aux manifestations, leur nombre ne fait que grossir. 

Les grands-pères sont invités à y participer!

Et ce n’est pas fini : fin 2018, les ‘Omas gegen Rechts’ se sont organisées en Allemagne : « Nous sommes vieilles mais pas muettes. »  Comme leurs cousines autrichiennes elles se font entendre a Stuttgart, Hambourg, Berlin, bien décidées à ne pas rester silencieuses face à l’Afd, qui risque de rentrer dans les Parlements des Länder aux prochaines élections de cette année.

Y aura-t-il bientôt des grand-mères en France ?

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*